Cyril ETESSE

Cyril ETESSE

COMEDIEN HUMORISTE



Plus fort, je ne vous entends pas !! ...Ben moi je t'entends bien connard !

28 juin 2008
Spectacle et affiliés - 3 commentaires

Rappelle-toi, lecteur assidu ! Je t'avais dit qu'il faudrait se lever de bonne heure avant de m'y reprendre à  faire un plan foireux ! Hé bien ! J'ai été lache ! J'ai craqué !! J'ai recommencé !!
Le plan m'est proposé par mon ami Anthony Joubert. Un gars qu'il connait a besoin d'un humoriste pour tenir un plateau lors d'une soirée humour dans un coin paumé près de Cavaillon : Cheval-blanc, et comme Antho n'était pas dispo, il a pensé à  moi. J'adore ce mec : il a le coeur sur la main (sans rire) et il est toujours prêt à  proposer des coups de pouce aux copains. Le fait que mon ami Benjy Dotti, imitateur, participe en plus au plateau me rassure bien que la couleur soit donnée d'avance : c'est du plein air !!
Le plein air est une des pires conditions quand tu fais de l'humour. Ta voix se perd pour peu que la sono soit moyenne et si il y a du vent, n'y pense même pas... Et puis capter l'attention des gens (qui viennent souvent gratos dans ce genre de trucs), c'est vraiment pas simple. Bref, je déteste ça, mais on me propose 20 minutes, payé etc. Je dis OK au gars au téléphone.
On part avec Benjy pour être sur les lieux à  20h. Montée sur scène prévue vers 22h, après un groupe de danse (des enfants). Sur place à  20h, découverte du lieu : une belle scène avec de beaux éclairages... mais en plein milieu d'une fête foraine en pleine activité !!
Je ne mens pas, voici une vue depuis la scène :

Ce que tu vois derrière la tente blanche en arrière plan, lecteur assidu, c'est bien des manèges, en particulier le manège bien bruyant ou tu décolles en tournant autour d'un poteau et où tout le monde hurle...
On se dit qu'ils vont arrêter ça quand on va monter sur scène. Les plaisanteries vont bon train dans la loge. Benjy a l'art de faire monter le délire. Comme on est en pleine période de saison 2 de Secret Story, une petite imitation de "la Voix" micro à  la main avec des vannes où on s'est mis à  pleurer de rire, fit des merveilles : "Ici la Voix. Les comédiens attendent leurs sandwiches et leur drogue"... "N'oubliez pas d'éteindre vos portables et de brancher vos sonotones sur position VERY HIGH"...

L'organisateur était adorable mais un peu seul au monde : pas à  manger, une scène à  peine prête, le régisseur de Ben qui s'est retrouvé finalement à  gérer tout le spectacle et finalement, on s'aperçoit que les éclairages ne marchent pas... Si tu t'avances un peu sur le devant de la scène, tu es donc dans le noir !
On rigole mais les conditions sont vraiment difficiles d'autant que le vent est fort. 22h et quelques : le show commence. Patrick Vallory, magicien, ouvre le bal devant quelque chose comme 600 spectateurs. Lorsque ça vient à  moi, il doit être pas loin de 23h et déjà  du public est parti... tandis que la fête foraine continue de plus belle avec lumières, bruitages et animateur qui hurle dans le micro. Pas le choix, il faut improviser. Pas question d'être trop "texte" ou trop "théà¢tre", il faut de la vanne. Alors la première partie de ma représentation a consisté à  faire une joute verbale, du style "On a une bonne ambiance ; des éclairages qui n'éclairent pas, une fête foraine qui nous fait bien chier..."
Eclats de rire : manifestement, le public accroche car agacé par le boucan de derrière. Forcément, quand l'animateur d'en face hurle "allez ! Plus haut ! Je ne vous entends pas", je me met à  hurler "Putain, ben moi je t'entends bien ! Allez à  vous public, je ne vous entends pas !" Et les spectateurs de hurler comme des dingues ! Alors j'ajoute : "Les miens crient plus fort que les tiens, connot !"

La soirée se poursuit difficilement avec des problèmes de voix perdue dans le vent. Heureusement que j'ai placé quand même de l'interactivité en taquinant un peu le maire au premier rang (c'était mon Monsieur Chapi Chapo de la soirée, comprenne qui verra le spectacle)... Benjy enchaîne. Pour lui aussi des spectateurs sont encore partis, il était vraiment tard pour un public un peu à¢gé.
A l'arrivée, bien sûr qu'on s'est amusés, mais entre nous : être dans ce genre de "gentille" galère avec les copains, ça laisse de bons souvenirs... mais on n'a pas vraiment pris de plaisir sur scène (sauf dans l'impro) parce que les conditions étaient vraiment contre nous. Le spectacle est un métier. On ne demande pas un Zénith bien sûr, on sait aussi rester à  notre place et on sait bien que ce genre de soirée fait partie du jeu quand on est pas connus... Mais bon, on a vraiment parfois l'impression d'être les "comiques du coin" et de gratter après le fric à  n'importe quel prix.
Enfin ! On a eu nos sandwiches quand même et nos sous ! (Note : Ne pas oublier cette putain de facture...)

Commentaires

Yann E.
14 novembre 2012  02:29

Je viens de lire la majeure partie de ce blog, pris par l'écriture et ces extraits de vie que tu nous racontes. Tu dis que tu aimes écrire, et bien j'aime lire ce que tu écris. Ce que tu racontes dans tes premiers articles de la vie d'un comédien encore peu connu me fait penser à  des situations rencontrées en tant que dessinateur. Si tu écris un livre un jour, j'achète ;-))

legrand
03 mars 2009  05:18

scincerement j'aime vos topic, je visite souvent ce beau blog!

benjy
28 juin 2008  21:56

pas mieux !!!!!



Ajouter un commentaire :


Votre nom
Adresse Mail (optionnel)
Commentaire