Cyril ETESSE

Cyril ETESSE

COMEDIEN HUMORISTE



Bonne Année toute l'Année !

03 juin 2016

Janvier 2016. Cinq copains de longue date, tous humoristes, tous ayant démarré à quelque chose près à la même période, se retrouvent pour la première fois ensemble dans un festival d'humour à Valberg. Ils font un spectacle en commun, inédit, pour la déconne et retournent la salle. Smaïn, qui est présent, a un coup de coeur et leur propose de faire le même type de show délirant à Paris, au théâtre du Gymnase.

Mai 2016. Le pari est tenté et gagné. Les 5 copains, devenus 6, se retrouvent dans un lieu mythique et délirent à nouveau devant plus de 400 spectateurs, un Lundi soir pluvieux, et reçoivent une ovation.

Cette histoire, c'est notre histoire, et on est contents...

 

 

Quand plusieurs humoristes qui se connaissent depuis des années et ont des liens forts entre eux se retrouvent dans un festival, en général c'est explosif parce qu'on est content de se revoir et de déconner ensemble. Et parce qu'on n'a pas de limites. On peut se charier, se vanner et inventer des délires qu'on va pousser au maximum pour nous amuser entre nous et répercuter ce plaisir sur le public.

C'est exactement ce qui nous est arrivé à Anthony Joubert, Benjy Dotti, Terry Cometti, Alexandre Barbe et moi-même en Janvier dernier. On se retrouve à Valberg et on commence à délirer entre nous sur les pistes et sur scène. A en pleurer, vraiment. Et pendant la semaine, Bernard Lubrano, l'organisateur, nous propose de faire un show inédit en cloture. Ce qu'on a accepté de faire... On a brodé un semblant de foutoire organisé qui a retourné la salle.

Smaïn, qui faisait partie des invités, vient nous voir et nous dit un truc du genre "Seuls, vous êtes déjà très bons, mais ensemble, vous feriez un malheur ! Montez à Paris !"......... Ce à quoi on a répondu un truc du genre, un peu sur le ton de la déconne : "Ben, produis-nous ! Aide-nous !" ..........."Ok ! Rendez-vous la semaine prochaine, on aura le théâtre, la séance photo, le studio pour enregistrer un clip etc"

 

Ecrire un spectacle pour le produire un peu avant le mois de Juin, à six mains, c'est véritablement un défi. Pas parce que c'est dur, mais parce qu'étant tous en tournée solo, c'est excessivement complexe d'accorder les agendas... Et quand la date est validée dans un des plus fameux théâtres Parisiens (700 places) et qu'elle se rapproche inexorablement et qu'on a pas une ligne de texte inédite et valable, on se demande si on n'a pas eu les yeux plus gros que le ventre...

Smaïn est un type extraorindaire. Rassurant, positif, protecteur. Il a porté le groupe vers le haut et mis en scène nos délires en pariant sur ce qui allait faire rire. Et il a eu raison sur tout.

On ne voulait pas faire un énième plateau d'artistes. Il n'y a plus que ça partout et ça n'aurait eu aucun interêt. Alors on est parti sur un titre rigolo et positif, "Bonne année toute l'année" (pourquoi se souhaiter du bonheur une fois par an. Autant pousser le délire chaque jour !) Le message donne le sourire par ces temps moroses. Là-dessus, on trouve l'idée que Smaïn a bourlingué un peu partout à ses débuts d'artiste... et qu'il a eu cinq enfants (dont un raté.... Je vous laisse deviner qui a eu l'immense honneur de se faire charier là-dessus......... Oui c'est moi !) Le rire est là... On découvre qu'on est tous arabes et qu'on est tous liés. Les enchaînements peuvent se construire presque tous seuls avec nos personnages propres.

 

L'idée de la filiation pour cinq amis de longue date est une belle trouvaille et Smaïn, en parrain protecteur, était un papa crédible qui nous offrait un fil conducteur autour duquel se caleraient nos meilleurs sketchs solo. Le pari est lancé.

 

Ça n'a pas été simple d'écrire et surtout de répéter. Plusieurs fois, le stress a manqué de casser la dynamique, mais Smaïn a toujours eu un regard optimiste sur le projet. On a bien été aidé par nos partenaires, il faut aussi dire.

Au final, c'est plus de 400 personnes qui nous ont fait confiance après bien des déboires (graphiste qui ne donne plus signe de vie pour l'affiche... Max qui prend donc le relai pour la créa d'un superbe visuel inédit... Grèves qui nous contraignent à annuler des déplacements et des répétitions.... Difficultés à avoir telle ou telle promo Télé...) et le défi a été relevé malgré des soucis techniques et de son.

Jouer au Gymnase est un kiff incroyable. Une émotion palpable était là lors du speech de fin de Smaïn qui nous a retourné l'intérieur. J'ai pris une leçon ce soir-là...

 

Pas trop de vanne à dire en fait. J'ai le sentiment que même si bien des choses sont à calibrer, on a vécu un truc important ce Lundi 30 Mai 2016 et que, peut-être, on réussira à porter un spectacle fort à l'avenir. Mais si ça ne devait être qu'un one shot, une aventure sans lendemain, rien que ce qu'on a vécu ce soir-là méritait d'avoir travaillé sur ce "BATLA" (Bonne Année Toute L'Année) pendant des mois...

Merci Smaïn ! Merci au public !

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Ajouter un commentaire :


Votre nom
Adresse Mail (optionnel)
Commentaire